Actualités en vedette

Site de la FEETS-FO

Agenda

 

AFB: Une option de rattachement avec l'Etablissement Public Marais Poitevin ?

L'Etablissement Public du Marais Poitevin (EPMP) est né en réponse à l'injonction faite par l'Europe à la France de protéger le Marais Poitevin, vaste zone humide affectée notamment par le développement d'une agriculture plus intensive (condamnation de la France en 1999 par la Cour de justice des communautés européenne de sa mauvaise application de la Directive Oiseaux). Un récent rapport du CGEDD traite de l'EPMP.

La loi inaugure donc en 2010 une entité nouvelle, en charge de "la gestion de l'eau et de la biodiversité du marais poitevin". Le financement même de l'Etablissement Public (Etat et Agence de l'Eau Loire Bretagne) pouvait préfigurer un cadre de gestion opportun à l'atteinte de ces objectifs.

Pourtant, à l'interface de territoires marins et terrestres, d'enjeux et d'intérêts parfois contradictoires (inondations, biodiversité, mytiliculture, élevage, tourisme…), l'ambition de chef d'orchestre de politiques publiques mais aussi d'intégrateur de la multiplicité des usages sur un espace cohérent, peine à s'exprimer.

Les traumatismes de Xynthia et la perspective de la mise en œuvre des compétences GEMAPI justifient sans doute encore plus la nécessité d'un interlocuteur unique fortement légitimé.

Il y a peu, l'EPMP était imaginé comme pouvant être transformé en Parc National Zone Humide. Confronté aujourd'hui à des baisses de dotations budgétaires, l'EPMP a dernièrement "raté" son rattachement d'office à l'AFB…Illustrant ainsi combien l'Etat peinait à faire valoir l'intérêt général sur cette terre très politisée.

La parole du CGEDD qui dans son rapport préconise de conforter et même d'intensifier cette indispensable cohérence aura-t-elle un poids ?

L'AFB, confrontée à l'opportunité de "marcher dans la boue" poitevine (ici la vase ndlr)  sera-t-elle ici à la hauteur de l'ambition ministérielle, ou bien bottera-t-elle en touche ?"

De nombreuses autres questions se posent sur l’EPMP :

  • Gemapi,
  • Prévention des risques avec la multiplicité d’intervenants,
  • Pression sur les services pour la création de retenues de substitutions,
  • Absence dans le rapport du Conservatoire du littoral qui joue un rôle important

Au final, ce rapport prend en compte la complexité du parc naturel. Les recommandations semblent répondre a cette complexité.

Toutefois, pour qu'elles soient effectives il faut une volonté forte, vu les intérêts multiples. Le fait du retrait de l'Etat dans bon nombre de domaines, plus particulièrement sur une de ses prérogatives, la préservation des biens et des personnes, risque d'ignorer l’intérêt général pour satisfaire les lobbys.

D'autant qu'un volet n'est pas évoqué dans le rapport du fait qu’il est en projet, c'est la Sèvre navigable, du port de Niort à la mer, la volonté des collectivités de développer le tourisme fluvial. Ce qui rajoute un élément supplémentaire à la gestion.

Le meilleur maître d'ouvrage pour le Parc Naturel, qui n'a pas d'intérêt, c'est l'Etat. Il faut donc lui redonner le pouvoir d'agir. Et non celui d'animer la « gouvernance » à l’écoute du plus fort !

Télécharger le rapport ici

Abonnement newsletters

Pour vous abonner à nos newsletter. Saisir une adresse mail et un mot de passe
Vous serez aussi abonné à la newsletter générale des nouveautés du site toutes les deux semaines

FEETS-FO, 46 rue des Petites Écuries – 75010 Paris – Tél. 01 44 83 86 20 email : contact[@]feets-fo.fr